L’un des nombreux objectifs d’un acte sexuel est la jouissance, l’orgasme ou encore la satisfaction sexuelle. Si le coït ”classique” est satisfaisant pour la plupart des individus, certains ont par contre besoin de repousser plus loin leurs limites. Ils se tournent alors vers des pratiques peu conventionnelles. Parmi ces multiples pratiques qui attirent de nombreux curieux, on retrouve entre autres la sodomie et le femdom (diminutif de femme dominatrice). Malheureusement, le manque d’informations peut conduire les personnes inexpérimentées à commettre des erreurs dans la pratique. Voici donc comment parfaitement réaliser une sodomie et un femdom.

La sodomie : conseils pratiques

La sodomie est la pénétration du rectum. Elle peut être faite par une verge ou un objet de même forme. Pour les personnes désireuses de s’initier à cette pratique, il est nécessaire de se préparer psychologiquement. Une fois résolus à passer à l’acte, les partenaires doivent y aller étape par étape.

Préparatifs psychologiques

Contrairement au vagin, l’anus n’a pas génétiquement été créé pour être sujet à pénétration. Pour cette raison, notre corps n’est pas aussi facilement résolu à admettre ce choix. En effet, le sphincter est là pour empêcher les intrusions en tout genre. Il est donc nécessaire de se donner du temps et de se sentir prêt avant de penser à tenter l’expérience. L’élargissement du muscle en sera simplifié.

Du point de vue de l’homme, une patience à toute épreuve est requise. Il est possible que votre partenaire éprouve du dégoût à l’idée de se faire sodomiser en raison de l’utilisation classique de cet orifice. De même, la peur de subir des lésions pourrait s’installer. La brusquer ne conduira donc qu’à une souffrance sans plaisir. Il est nécessaire de s’attarder sur les préliminaires. De même, imiter des acteurs pornographiques en tentant une pénétration directe et sans préparation pourrait causer des dégâts irréparables au rectum.

Pratique proprement dite

La première étape est le lavement anal. Il consiste en un nettoyage des excréments contenus dans le rectum. Il est préliminaire au rapport et évite les situations écœurantes durant l’acte.

La seconde est le port d’un préservatif. Certaines personnes avanceront peut-être la réduction de la sensation de plaisir comme excuse, mais la sécurité prime. En effet, le rectum est naturellement plein de déchets et de microbes. Même après le lavement annal, vous n’êtes pas à l’abri d’éventuelles infections.

Enfin vient la pénétration. Comme mentionner plus haut, se la jouer acteur porno est fortement déconseillé. La muqueuse interne est très fragile ce qui accroît les risques de lésions. Une pénétration en douceur est donc de mise. Elle doit se faire progressivement et selon la capacité de votre partenaire à la supporter. Il est également possible que vous utilisiez des objets. Dans ce cas, évitez ceux dont la base est plus petite que la partie enfoncée. Vous risqueriez de voir votre anus ”avaler” l’objet en question ce qui pourrait causer toutes sortes de problèmes par la suite.

Quelques suggestions pour le femdom

Une femme dominatrice est une femme qui éprouve du plaisir à prendre le dessus sur son partenaire, sexuellement parlant. Revêtant un aspect principalement psychologique, cette pratique sexuelle nécessite un certain nombre d’accessoires.

Le femdom, un état d’esprit

Contrairement à la sodomie qui est beaucoup plus axée sur l’aspect physique, le femdom n’est pas que sexuel. Il est également et surtout lié à la psyché. En effet, une femme dominatrice veut avant tout se sentir supérieure à son partenaire. Elle cherche à s’imposer, à éprouver une impression de puissance d’où elle pourra tirer sa jouissance. C’est pourquoi ce genre de relation entraîne souvent un jeu maîtresse-esclave au lit. Ainsi, le consentement du partenaire est essentiel. Il doit clairement définir ses limites.

Une fois sûr de soi, il faut à présent s’équiper pour l’acte.

Gadgets indispensables pour une femme dominatrice

Durant un coït, la domination est souvent assimilée à la pénétration. Pour cette raison, une femdom doit disposer d’une ceinture gode afin de pouvoir entrer en son partenaire. La stimulation du point G durant une fellation pourrait également la conduire à l’orgasme. Pour les femmes particulièrement adeptes des pratiques BDSM, posséder un martinet ou autres objets de soumission (un fouet, une laisse, un collier, etc.) les confortera dans leur sentiment de domination. Le plaisir n’en sera que plus intense.

Même si elles paraissent atypiques pour certains, les pratiques sexuelles telles que la sodomie ou encore le femdom n’ont rien de condamnable. Chacun ressent ses désirs de façon différente. Tant que vous obtenez le consentement de votre partenaire, libre à vous de vivre votre sexualité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *