guide du fist

Le plaisir sexuel nécessite parfois l’expérimentation de pratiques extrêmes. Le fist en est l’exemple parfait. Il s’agit de la réception d’un poing par l’anus jusqu’au gros intestin (voire à l’épaule pour les mieux entraînés). Compte tenu de son caractère extrême, le fist nécessite une préparation assidue aussi bien de la part de l’actif que du passif.

Les préparatifs obligatoires du passif

Le passif est celui qui recevra le poing de son partenaire allant de l’anus jusqu’au gros intestin. Il est évident que sa préparation (physique comme psychologique) doit se faire avec attention.

La préparation physique : dilatation progressive de l’anus

Un poing moyen mesure entre 8 et 10cm. Vu la forme classique d’un anus, il est évident qu’essayer tout de suite est inenvisageable. Pour commencer, pratiquer la sodomie aidera votre anus à s’habituer à la dilatation. Il faudra ensuite augmenter progressivement la taille des objets que vous enfoncerez à l’intérieur. Lorsque vous serez en mesure de recevoir un gode géant de 30cm de longueur pour 10cm de largeur, vous devriez être prêt à être fisté.

Le lavement anal

Il s’agit du nettoyage de votre anus en prévision du fist. Il peut être réalisé en utilisant une poire de lavement anal ou une canule de douche.

La poire doit être remplie d’eau tiède puis placée dans l’anus. En se vidant, elle nettoiera la totalité du rectum.

Pour les personnes préférant un nettoyage plus profond, il suffit d’installer une canule à la place du pommeau de votre douche ou votre baignoire. Le nettoyage sera plus complet et revêtira même un aspect érotique.

Une totale confiance en votre partenaire

Votre partenaire joue le rôle d’actif et est chargé de pratiquer le fist. Pour une détente efficace de votre organisme, vous devez pouvoir lui faire une confiance aveugle. De ce fait, il doit posséder un véritable self-control et se tenir prêt à arrêter à votre signal. C’est pourquoi la sobriété et la préservation de l’équilibre mental avant l’acte sont indispensables.

Les précautions durant l’acte

Il faut être attentif à son corps durant l’acte. La longueur du fist que peut supporter un individu dépend grandement de son organisme. Essayer de dépasser cette limite naturelle pourrait entraîner des blessures très graves. N’hésitez pas à arrêter votre partenaire du moment où vous vous sentez incapables de continuer.

De la même façon, les plus malchanceux ne pourront même pas essayer en raison de leur organisme. Il ne faut pas vous en vouloir ou essayer de forcer les choses.

Une préparation assidue pour l’actif

Si la condition générale du passif est importante, celle de l’actif ne saurait être négligée. Être prêt physiquement, se sentir capable de garder le contrôle, avoir le bon matériel, voici autant d’éléments à vérifier avant l’acte.

Une bonne préparation physique

Le fist pourrait dégénérer à la moindre bavure. C’est pourquoi une préparation assidue est attendue de la part de l’actif.

Pour commencer, il doit s’occuper de ses ongles et autres écorchures présentes sur ses mains. Elles pourraient endommager les gants et blesser l’intérieur du passif.

Ensuite, son hygiène se doit d’être irréprochable. Le fist consiste à littéralement pénétrer l’organisme de son partenaire. C’est la façon la plus simple qu’il soit de se retrouver avec des bactéries en plein milieu du gros intestin. Un nettoyage consciencieux de ses mains et de son avant-bras est donc exigé.

Enfin, le dernier élément est lié à la concentration. Le moindre dérapage peut être fatal au cours d’un fist. Une personne ayant bu, consommée des substances illicites ou étant même simplement fatiguée ne saurait être autorisée à le pratiquer. Il en va de l’intégrité physique du receveur.

Avoir le bon matériel à disposition

Fister ne s’improvise pas. Il est nécessaire de disposer des deux éléments suivants avant de passer à l’acte. Le premier est une paire de gants en latex épais. Leur structure garantira la protection de votre poing durant l’acte sans pour autant irriter votre partenaire. Quant au second, il est censé permettre le passage de votre poing en le faisant glisser. Il s’agit bien évidemment de la graisse. Plusieurs modèles existent (Crisco, Mister B double F, etc.), vous pourrez choisir selon votre préférence.

Un contrôle constant durant le fist

L’anus et le sphincter sont couverts d’un nombre élevé de terminaisons nerveuses. Si cette abondance assure le plaisir du receveur, elle intensifiera également la douleur en cas d’erreur. Il est important de constamment vérifier les expressions faciales de votre partenaire, la moindre variation pouvant indiquer une lésion. De même, trouver du sang sur vos poings n’a rien d’anodin. Rendez-vous directement aux urgences en décrivant en détail vos pratiques sexuelles. Le service médical pourra réagir de façon plus avisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *